France Egypte



2015

____________________________________________



Bernard  MATHIEU

Maître de conférences en égyptologie
Université Montpellier III

"L'enseignement de  Ptahhotep"



Jeudi 19 Février 2015
à 18h
aux Arcenaulx, 25 cours d"Estienne d'Orves 13001 Marseille


Connu principalement par le « Papyrus Prisse », un manuscrit probablement acheté par Prisse d’Avennes à Thèbes en 1843, et conservé à la Bibliothèque nationale de Paris, l’un des plus beaux papyrus conservés de l’Égypte ancienne, l’Enseignement de Ptahhotep se distingue par son intérêt exceptionnel. 
Sa rédaction se situe à un moment important de l’histoire pharaonique, le début de la XIIe dynastie, où la littérature connaît un essor particulier, pour des raisons essentiellement politiques. Œuvre fondatrice, l’Enseignement de Ptahhotep se compose d’un prologue — vrai morceau de rhétorique, non dépourvu d’humour —, de deux grandes parties, dont la première est une succession de trente-six « maximes », et d’une conclusion. On examinera quelques-uns des thèmes abordés dans cette sagesse : mise en garde contre un comportement élitiste et prétentieux, maniement de la rhétorique, théorie de la prédestination, vertus de l’écoute et de l’exactitude, relations avec les femmes, « impératif de surpassement »…

Sa qualité littéraire, comme son contenu, explique que l’Enseignement de Ptahhotep ait joué un rôle majeur dans la culture pharaonique. Plusieurs sources ramessides découvertes dans le village des artisans de Deir al-Médîna prouvent que Ptahhotep était toujours appris et recopié par les lettrés de cette époque.

                                      
___________________________________________________________________________________________


  JEAN PIERRE  PATZNICK  
Docteur en égyptologie - Université Sorbonne-Paris IV

L'Egypte Prédynastique
Hierakonpolis "Quand Horus résidait alors dans la cité des Dieux"
Mercredi 22 avril 2015
à 18h
aux Arcenaulx, 25 cours d"Estienne d'Orves 13001 Marseille



    



______________________________________________________________________________________________________


JEAN CLAUDE  GOLVIN

L'Architecture Pharaonique révélée
 
Vendredi 5 juin 2015
à 18h

aux Arcenaulx, 25 cours d"Estienne d'Orves 13001 Marseille

Jean-Claude Golvin est dessinateur-architecte et archéologue, spécialiste de l’Antiquité. 
Après avoir dirigé le centre franco-égyptien de Karnak, il a été professeur à l’université de Bordeaux III et à l’Ecole du Louvre, et directeur de recherches au CNRS. 
Ses aquarelles restituant les grands sites de l’Antiquité lui ont valu une réputation internationale.



______________________________________________________________________________________________________



CARINE MAHY
Historienne - Archéologue
Diplomée de l'UCL

"LES ÉCRITURES QUI SE SONT INSPIRÉES DES HIÉROGLYPHES ÉGYPTIENS"


Jeudi 10 septembre 2015
à 18h

aux Arcenaulx, 25 cours d'Estienne d'Orves 13001 Marseille




Certaines écritures de l’Antiquité ont non seulement laissé une empreinte durable dans l’Histoire, mais ont également marqué les esprits de leur temps et influencé d’autres peuples. C’est le cas des hiéroglyphes d’Egypte. Ils ont inspiré les Cananéens de Byblos, qui entretenaient des relations diplomatiques et commerciales avec l’Egypte depuis le IIIe millénaire av. n. ère. Ils ont également servi de modèle à l’écriture proto-sinaïtique, puis plus tard, dans le sud, c’est Méroé qui a utilisé les hiéroglyphes égyptiens pour créer sa propre écriture. C’est donc un parcours chez les voisins des Egyptiens, au nord, à l’est et au sud, qu’il nous emmènera sur les traces de ces écritures originales et moins connues.
 



___________________________________________________



PATRICE  POMEY
Directeur de recherche émérite
Centre Camille Jullian
Aix-Marseille Université – CNRS


Les bateaux d'Ayn Soukhna et les expéditions maritimes au Sinaï au Moyen-Empire


ph. P. Pomey







Situé au nord du golfe de Suez, Ayn Soukhna a servi, notamment au Moyen Empire, de base pour les navigations au 
Sinaï à la recherche du cuivre et de la turquoise comme l'attestent de nombreuses inscriptions rupestres.
Outre des ateliers de métallurgie pour la transformation du minerai de cuivre, le site comportait des galeries
entrepôts destinées à stocker le matériel des expéditions.
Deux d'entre elles ont livré des vestiges de deux bateaux qui y avaient été entreposés après avoir été démontés.

La fouille d'Ayn Soukhna est une mission franco-égyptienne 
Université de Suez (Prof
 M. Abd el- Raziq) l'IFAO (Dr G. Castel) Université de Paris Sorbonne (Prof P. Tallet) CNRS


 Jeudi 22 0ctobre 2015 
à 18h

aux Arcenaulx,  25 Cours d'Estienne d'Orves 13001 Marseille



_____________________________________________________________________


LUC GABOLDE
Docteur en égyptologie - Chargé de recherche au CNRS, Université Montpellier III



"Comment Karnak est né des caprices du Nil"



 Jadis un fleuve capricieux, à la dynamique puissante, sujet à des changements de cours fréquents 
 constituait en fin de compte l’élément le plus mobile du paysage égyptien.

L’éventualité qu’il y ait eu plusieurs changements importants du cours du Nil s’est renforcée au cours de la recherche
et il est des plus vraisemblable que trois étapes essentielles doivent désormais être retenues.



 Jeudi 17 Décembre 2015
à 18h

 aux Arcenaulx,  25 Cours d'Estienne d'Orves 13001 Marseille






___________________________________________________________________________________________

2016
____________________________________________________________________________________________

JEAN CLAUDE  GOYON

Docteur ès-lettres, maître de recherche au CNRS et professeur émérite d'égyptologie de l'Université Lyon II. 
Il fut également pensionnaire de l'Institut français d'archéologie orientale et directeur scientifique du Centre franco-égyptien d'étude des temples de Karnak. 




 “Moments de la vie de la Vallée:
 
Chasser et pêcher au temps des Pharaons”


 

                La redécouverte de la vie économique de la terre d’Egypte est due au savant égyptologue lyonnais Victor Loret. Le premier il mit en évidence l’étroite relation que les anciens Egyptiens entretenaient avec leur fleuve et leurs déserts. A sa suite, on a pu établir que, de chasseurs pêcheurs nomades recevant du Nil et des steppes de ses rives abondante et riche subsistance, devenus sédentaires, les habitants de la Vallée surent établir au fil des siècles l’exploitation méthodique et équilibrée ressources alimentaires  obtenues par la domestication d’espèces sauvages ou retirées de la capture des poissons et de la sauvagine des marais.  

Mercredi 24 Février 2016  
Conférence annulée


______________________________________________________________________________________



JEAN PIERRE  PATZNICK
Docteur en égyptologie - Université Sorbonne-Paris IV


 
 "Atlantide et l'Egypte...Voyage aux sources d'un mythe"


 
"Atlantis...Atlantide..."A peine ne l'a-t-on pensé, formulé, que déjà opère sa subtile magie sur notre inconscient.
Où ne fut-elle point cherchée, trouvée, cette île bénie des dieux qu'à peine pense-t'on l'avoir localisée elle se dérobe à nouveau pour mieux la chercher encore.
C'est pourtant 
au nom même d'Atlantis qu'une attention particulière sera, entre autres, portée, puisque fruit de la transcription égyptienne de ce mythe originel. 
C'est sur les traces mêmes de cette version égyptienne qu'il sera convié à un voyage qui nous conduira aux sources mêmes du mythe nous permettant de mieux encore saisir toute la force de cette relation fusionnelle qui unit l'Atlantide et le pays d'Egypte depuis tant de millénaires déjà, si l'on en croit les dires des prêtres de Saïs et d'Héliopolis.

Vendredi 26 Février 2016 
à 18h



 aux Arcenaulx,  25 Cours d'Estienne d'Orves 13001 Marseille

_______________________________________________________________________________

CHRISTIAN  LEBLANC
  Directeur de recherche émérite au CNRS - Responsable de la « Mission archéologique française de Thèbes-Ouest »


"Giovanni Battista Belzoni, Le Titan de Padoue.  

Une aventure égyptienne"

                     
Image
 L'enlèvement du buste du "Jeune Memnon" au Ramesseum, en 1816.



C'est au cours de l'été 1815 que Giovanni Battista Belzoni (1778-1823), italien originaire de Padoue, arrive en Egypte, après quelques séjours en Europe et notamment en Angleterre. Au Caire, il propose au vice-roi Mohamed Ali une machine hydraulique qui n'a aucun succès. C'est alors que commence son aventure égyptienne. Au service du consul d'Angleterre, Henry Salt, il va partir en explorateur à travers le pays, prospecter et découvrir nombre de monuments, dont la célèbre tombe de Sethi Ier dans la Vallée des Rois. Au Ramesseum, il enlèvera le buste du "Jeune Memnon", un chef d'oeuvre de sculpture qui est aujourd'hui l'une des pièces maîtresses de la collection égyptologique du British Museum de Londres. La conférence retracera le parcours de cet insolite aventurier que la postérité a appelé le "Titan de Padoue".


Jeudi 7 Avril 2016  
à 18h


 aux Arcenaulx,  25 Cours d'Estienne d'Orves 13001 Marseille

______________________________________________________________________________________

LILIAN  POSTEL
 Maître de Conférences en égyptologie
Université Lumière-Lyon 2 /
 HiSoMA

 
"Le temple de Sésostris Ier à Tôd"



Les recherches menées à partir de 2003 dans le cadre de l’IFAO sur quelque cinq cents fragments provenant de la destruction du temple de Sésostris Ier, sans doute à la fin de l’époque romaine, livrent aujourd’hui une image plus complète et plus diversifiée du sanctuaire du dieu Montou édifié à Tôd au début du Moyen Empire. Associée à celle des vestiges encore en place (mur de façade, plate-forme de fondation, enceinte en briques du téménos), l’étude de ces éléments de parois et de piliers en calcaire, de portes et d’autels en granite ainsi que de statues en granitoïde permet de rattacher cet édifice aux grands programmes architecturaux royaux de la XIIe dynastie dans la région thébaine. Le choix du calcaire de Toura comme la qualité des reliefs pariétaux et l’ampleur du programme iconographique témoignent de la faveur dont jouissait ce sanctuaire et du rôle qu’il devait tenir dans le paysage cultuel régional.

La conférence proposera un aperçu illustré de cette documentation de la XIIe dynastie puis élargira la réflexion à l’agencement du téménos de Tôd et à son inscription dans les liturgies processionnelles du dieu Montou au sud de Thèbes.




La Conférence du Mercredi 15 Juin 2016
est reportée au Jeudi 23 Mars 2017




_____________________________________________________________


MARC  GABOLDE  
 Docteur en égyptologie de l'Université Lumière - Lyon II 
 Maître de Conférences - Université Paul Valéry - Montpellier III 


 " TOUTANKHAMON - L'art de faire du neuf avec du vieux "




"L'éclat éblouissant du trésor de Toutankhamon, s'il a contribué à la notoriété du jeune roi, a également laissé dans l'ombre toute une Egypte moins brillante mais tout aussi passionnante.
En suivant à la trace ces témoignages peu connus on peut dresser un "portrait" de l'Égypte de Toutankhamon qui montre l'importance de son règne au travers de ses réalisations 
architecturales, notamment en Nubie. En marge de ces enquêtes il est également possible de proposer de nouvelles suggestions pour l'arbre généalogique du jeune roi 
et de faire la lumière sur quelques pièces du trésor dont l'histoire mouvementée est pleine de rebondissements. 
Actualité oblige, un point sur les récentes hypothèses à propos de l'existence de chambres secrètes est également à l'ordre du jour". 


Lundi 19 Septembre 2016
  
à 18h



au Club du Vieux-Port - 3, Place aux Huiles  13001 Marseille

_____________________________________________________________


SEBASTIEN  POLET

Historien et Orientaliste de l'UCL. Administrateur de l'Association belge d'Etudes Antiques ROMA 
Enseignant chargé de cours d'Histoire de l'Egypte Ancienne



"Les femmes puissantes au pouvoir en Egypte avant Hatshepsout"
 


Dès la première dynastie, une femme, Meretneith fut régente d’Egypte. 
Plusieurs reines marquèrent l’Ancien Empire comme Pepyankhenès II qui fut épouse de deux rois, mère et régente du roi Pépy II. 
Hérodote rapporte qu’après ce dernier, une femme Nitocris monta sur le trône sans époux. Réalité ou fiction ? Au Moyen Empire, la princesse Néferouptah fut la première femme à disposer d’un cartouche puis quelques années plus tard, sa sœur Néferousobek monta seule sur le trône. 
Enfin, au début de la XVIIIe dynastie, Iahmès-Néfertary, sœur et épouse d’Ahmosis devint l’une des femmes les plus puissantes de l’Histoire d’Egypte. 
Elle fut même divinisée après sa mort et reçu un culte durant tout le Nouvel Empire.


Jeudi 20 Octobre 2016
  
à 18h



 aux Arcenaulx,  25 Cours d'Estienne d'Orves 13001 Marseille



_______________________________________________________________________________


ALAIN  CHARRON
 Conservateur en chef du patrimoine, Responsable des collections du Musée Départemental Arles 
 
" Les animaux sacrés et sacralisés dans l'Egypte ancienne "



Il est assez habituel d'entendre parler des chats sacrés des pharaons, mais peu de personnes, généralement, connaissent le rôle exact de ces animaux. 
En fait, aucun animal n'a été divinisé dans l'Egypte antique.
Si les animaux sacrés comme le taureau Apis ou le taureau Mnévis apparaissent dès le Nouvel Empire, il n'y a alors qu'un animal distingué de ses congénères par les marques qu'il porte sur sa robe. Plus tard, d'autres animaux sacrés comme le faucon d'Edfou seront choisis directement par la divinité.
Ce n'est que bien plus tard, pas avant la fin de la XXIIe dynastie pour les seuls chats de Bubastis, que les animaux sacralisés apparaissent.
A partir de l'exemple d'une nécropole située non loin du Caire, Abou Rawashr, site connu pour abriter les restes du complexe funéraire de Radjedef, fils de Khéops, et sur lequel des momies d'oiseaux et de musaraignes ont été mises au jour, nous verrons le rôle des animaux liés à la religion.

Jeudi 1er Décembre 2016  
à 18h



 aux Arcenaulx,  25 Cours d'Estienne d'Orves 13001 Marseille

France Egypte